AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Les personnages prédéfinis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Saint-Ange
» Âme de ces Lieux
avatar

Messages : 727

Personnage
Fonction & Club: Caméra de surveillance

MessageSujet: Les personnages prédéfinis   Mar 8 Fév - 21:04

Personnages prédéfinis

Pensionnaires & employés


Note importante : Si l'un de ces personnages vous intéresse, veuillez vous inscrire avec son nom et prénom, puis poster sa fiche de personnage complète (car les propositions suivantes sont à étoffer, évidemment !). Attention : le personnage ne vous sera vraiment attribué qu'une fois que sa fiche complète sera validée par l'administration !

Personnage proposé par Lieke Coenen. PRIS.
    NOM : Gallagher.
    PRÉNOM : Bryan.
    NATIONALITÉ : Au choix.
    SEXE : Masculin.
    AGE : 19 ans.
    FONCTION : Pensionnaire. (Club sportif)

    Physique : Si les pompom girl hurlent régulièrement son nom sur le bord du terrain, ce n’est pas uniquement dans le simple but de soutenir l’équipe. Vous voyez, le genre beau gosse, bien de sa personne, qui fait fantasmer un nombre incalculable de jeunes pucelles en émoi ? Et bien, c’est Bryan. Il faut dire qu’il a les avantages pour. Démarche assurée, port fier, quoiqu’un peu hautain, gestes volontaires, il a un charisme magnétique qui explique facilement son statut de capitaine de l’équipe de football américain du pensionnat. Mais concentrons-nous plus précisément sur son physique à proprement parlé. Pour donner les signes distinctifs, commençons par sa taille. Un bon mètre quatre-vingt douze, ça se remarque assez facilement. Associez donc à ceci une carrure de taureau et vous comprendrez plutôt facilement pourquoi certains de ses camarades de jeu courent très très vite quand il les prend en chasse sur le terrain. Monsieur muscle dans toute sa splendeur, mais sans encore verser dans le stéréotype peu sexy du stéroïdien déformé. C’est qu’il y tient, à son physique. Surtout à son visage. Une vraie petite gueule d’ange. De beaux yeux verts tirant parfois sur le gris, des cheveux bruns peut-être un peu trop longs, un sourire de tombeur… N’était son petit air un tantinet pervers sur les bords qu’il aurait déjà certainement dû en arriver à repousser les avances de ses admiratrices. Évoluant tel le maître du monde au milieu de sa petite clique de fans inconditionnels, Bryan ne peut absolument pas vous laisser indifférent. Que ce soit en bien, comme en mal.

    Psychologie : Vous voyez le type imbu de lui-même, l’attitude parfois méprisante, qui vous regarde de haut, et que vous n’osez pas vraiment démonter de crainte de vous prendre un fulguropoing dans la figure ? Et bien c’est lui. Non non, les apparences ne sont pas trompeuses. Bryan n’est pas du genre à apprécier qu’on l’insulte, lui manque de respect, le titille même « pour rigoler ». Son sens de l’humour n’est pas particulièrement développé. Pas plus que son sens de la répartie verbale. Plutôt habitué aux actes qu’aux paroles, ce n’est pas vraiment le genre à se plonger dans de sombres manipulations ou des réflexions dignes d’un future maître du monde. Assez direct, parfois trop, il a même tendance à manquer de tact. En revanche, il sait doser son impulsivité. Son égo surdimensionné possède l’avantage non négligeable de le retenir de faire des choses qui pourraient trop lui nuire. Il reste un jeune homme passablement réfléchi dès qu’il s’agit d’avenir, surtout professionnel. D’ailleurs, sur le plan strictement sportif, il se montre très engagé. Qu’on se le dise, Bryan est un meneur d’homme qui sait s’imposer quand il le faut, et hélas régulièrement aussi quand il ne le faudrait pas. Monsieur se dit promis à une brillante carrière au sein de la NFL. Son équipe fétiche ? Les Jets, de New York. Bien qu’il prône souvent fièrement être promis à entrer dans l’équipe des Fighting Irish de Notre-Dame. Enfin pour ça, il faudrait déjà commencer par quitter Saint-Ange. Pourquoi est-il là, au fait ?



Personnage proposé par Nathaniel Hosh. Libre.
    NOM : Gaudain.
    PRÉNOM : Desmond.
    NATIONALITÉ : Anglaise.
    SEXE : Masculin.
    AGE : 18 ans.
    FONCTION : Pensionnaire. (Club The Eagle Society)

    Physique : Un dandy et un aristocrate. Desmond est issu de la crème de la crème de l’aristocratie britannique et ça se voit. Sa famille compte d’ailleurs un certain nombre de cousins des Windsor, très bas classés dans la succession au trône mais tout de même. Physiquement, il a le type anglais dans toute sa splendeur élégante et limite décadente. Grand, élancé, il est bien proportionné du fait de la pratique obligatoire du cricket et du polo, mais sans être très musclé pour s’être contenté de rester un sportif médiocre. Ses cheveux sont d’un blond tellement pâle qu’ils en paraissent avoir des reflets presque métalliques, l’héritage d’une mère suédoise. Les yeux bleu sombre, le teint pâle, les traits parfaitement symétriques et un peu anguleux de l’aristocratie anglaise. Seule concession à un peu de fantaisie, ses cheveux restent un peu plus long que ne le voudrait l’usage aristocratique, lui tombant souvent devant les yeux en longues mèches rebelles et traînantes. Son habillement cependant reste son trait le plus marquant, Desmond s’affichant délibérément dans des habits du siècle dernier, queue de pie ou redingote, avec chemises bouffantes, dentelles, gants et chapeaux. Un maniérisme affiché dont il serait cependant bien difficile de deviner l’origine.

    Psychologie : Desmond est un digne représentant d’une parfaite éducation aristocratique. Un garçon charmant, plaisant, poli jusqu’au bout des ongles, traitant ses pairs avec une bonhomie plaisante, et ses inférieurs avec une condescendance discrète. Extrêmement galant et gentleman, surtout avec les dames, il a de la répartie, adore les échanges, les mondanités, et sait plus que quiconque apprécié l’agrément d’un échange de bons mots. Fruit d’une excellent éducation, il a une culture extensive, aime les plaisirs raffinés, les vins fins, la musique classique et la grande littérature. Il ne dédaigne pas, à l’occasion, les activités de plein air même si elles n’auront jamais sa préférence. Il s’efforce toujours de s’adapter à son environnement et son interlocuteur, et a un talent consommé pour mettre ses interlocuteurs à l’aise. Un peu trop poli pour être honnête, tout cela, bien évidemment. Quoiqu’il reste un aristocrate attentif au respect des usages du grand monde, Desmond est aussi et avant tout un manipulateur inconditionnel qui tient avant tout à ce que le monde tourne autour de lui. Ambitieux, déterminé, il s’efforce de mettre son intelligence au service de ses désirs et n’est jamais si heureux que lorsqu’il a réussi à établir son ascendant sur autrui, que ce soit par la persuasion, l’amitié, la flatterie, ou des moyens plus sournois.



Personnage proposé par Nathaniel Hosh. Libre.
    NOM : Parker.
    PRÉNOM : Cordelia.
    NATIONALITÉ : Au choix.
    SEXE : Féminin.
    AGE : 29 ans.
    FONCTION : Employée. (Gardienne)

    Physique : Ce n’est pas parce qu’on est gardienne de prison que l’on ne peut pas être féminine. Voilà qui pourrait être la devise de Cordelia. Certes, à un mètre soixante dix-huit, et avec une carrure en rapport, elle a une solidité de stature qui n’est pas celle de la majorité des femmes. Mais pour le reste, ses formes généreuses, ses cheveux longs et ses traits délicats sont des modèles de féminité soigneusement mis en valeur. Cordelia est donc grande, avec des épaules un peu larges, mais une silhouette parfaitement féminine à la plastique agréable par ailleurs. Elle a une poitrine des plus généreuses sur un corps parfaitement musclé, et surtout un maintien et une retenue des gestes qui montrent qu’elle a manifestement eu une formation dans les forces de l’ordre, voire l’armée. Elle n’a pas besoin de hausser la voix pour en imposer, tout dans ses gestes trahit le fait qu’elle sait pouvoir avoir le dessus dans n’importe quelle confrontation, même contre la plupart des hommes. Elle a les cheveux longs, d’un noir si profond qu’il en paraît presque bleuté, sur des yeux bruns observateurs à l’air intelligent. Des traits anguleux lui donnent un visage un peu dur, compensé par une expression toujours animée et mobile dans un regard empreint à la fois de compréhension et de bon sens.

    Psychologie : Cordelia est une professionnelle, dans le bon sens du terme. Très sérieuse dans son travail, elle n’abuse jamais ni de sa force physique, ni de son autorité. En revanche, elle ne fait pas de cadeaux non plus à ceux qui prétendraient ne pas respecter l’autorité ou jouer les fauteurs de troubles. Sévère, mais juste, aussi bien dans l’emploi des sanctions que dans celui de la force. Elle apprécie son métier de gardienne, mais c’est la sorte d’emploi où l’on voit parfois le meilleur, mais surtout le pire, de l’humanité. De cette constatation, elle a fini par acquérir les traits d’une personnalité relativement froide, parfois distante. C’est avec cynisme qu’elle a conscience des trop nombreuses failles des gens qui l’entourent, et de la noirceur par trop fréquente de la société. De la même manière qu’elle veille à garder son apparence féminine, elle maintient une culture et une activité intellectuelle approfondie : hors de question pour elle de devenir un de ces gardiens brutaux et frustres tout juste bon à jouer de la matraque. Dans ses relations avec autrui, elle est attentive à être parfaitement posée, toujours professionnelle. Cela ne veut pas dire qu’il n’y ait pas, quelque part, du feu qui couve sous la glace. Comme tout un chacun, elle a ses passions et des moments où elle s’enflamme, d’une manière qui ne paraît que plus tranchée avec son attitude la plus fréquente, froide et compassée par défaut. Mais bien malin qui saura le voir…



Personnage proposé par Edwin A. Andersen. Libre.
    NOM : Bucley.
    PRÉNOM : Marguerite.
    NATIONALITÉ : Au choix.
    SEXE : Féminin.
    AGE : 28 ans.
    FONCTION : Employée. (Infirmière - Dealeuse)

    Physique : Marguerite, c'est ce genre de filles détestée et adulée. Par les hommes comme par les femmes. Personne ne peut rester indifférent face à son physique, ses formes délicieuses, ses grands yeux noirs. Elle travaille son apparence avec passion, entretient le secret et l'érotisme, ne se découvrant jamais totalement, juste assez pour attiser, pour attirer le regard, pour donner envie. Sa peau blanche, sa bouche pulpeuse, souvent lumineuse. Les portes jarretelles apparents sous sa petite robe immaculée presque transparente, moulant à la perfection sa poitrine fantasme, sa taille rêvée, ses hanches attirantes. Elle paraît tellement grande avec ces jambes qui se prolongent à l'infinie, délicieusement galbées, fermes et hyalines. On dit que sa peau a la consistance du satin et que ses cheveux sentent la fraise, on dit que son entrejambe, c'est la porte du paradis, et ses jambes nues narguent les voyeurs comme en riant, coquines. Marguerite joue du cliché et de son physique à la perfection, fatale.

    Psychologie : Marguerite a tout pour plaire, ce n'est plus à prouver. Elle a toujours su charmer la gente masculine, attirer sur elle les regards langoureux des autres. Ni dieu, ni maitre. Impossible de l'arrêter. Elle a un air d'éternelle adolescente empreint sur ses traits fins, et en a le discours. Si on écoute la jeune infirmière qui fume tranquillement à côté de ses patients – faut pas déconner, ils fument constamment ces gosses, ça va pas les tuer – le Lord est un pourri, son collègue un incompétent, et tous les êtres de cette terre de détestables insectes. Ronchonne, elle grogne sur un rien, trouvant toujours à critiquer. Bien que brillante, Marguerite ne porte qu'une attention partielle à son travail, qu'elle fait efficacement, mais sans trop de zèle. Marguerite s'en fout. La jolie Marguerite, la désirable Marguerite, le meilleur des remontants, c'est certainement de l'observer, du coin de l'œil, alors qu'elle vous allume un sourire aux lèvres. Marguerite la petite peste, qui s'intéresse encore plus que certains pensionnaires aux rumeurs de Mademoiselle – et qui en fait souvent partie, adepte des scandales et autres amusements. Elle juge les autres sans retenue, agaçante, critique. Elle revend ses substances parce qu'elle en a la possibilité, parce qu'il faut bien que quelqu'un s'en charge. L'agaçante indifférente, ils viennent vers elle pensant qu'une infirmière ne leur revendrait pas une came de merde. Les petits naïfs ; tout ce qui importe, c'est le prix. Et avec des gosses de riches, ça peut monter très haut.



Personnage proposé par Alekseï Volkov. Libre.
    NOM : Deler.
    PRÉNOM : Ambroisie.
    NATIONALITÉ : Américaine.
    SEXE : Féminin.
    AGE : 16 ans.
    FONCTION : Pensionnaire. (Club Artistique)

    Physique : D'origine américaine, Ambroisie est à la fois tout et rien. De taille moyenne, un simple mètre 65, ni grosse, ni maigre. Blanche de peau sans pour autant avoir un teint de porcelaine. Des yeux bruns, comme beaucoup, mais chatoyants au soleil et légèrement en amande. Un nez fin qui rend parfaitement avec son visage légèrement ovale. Ce qui est remarquable chez elle, c 'est son sourire, un sourire rare inspirant la douceur et la sensibilité exacerbée de cette jeune fille. Elle n'a pas de style particulier malgré une tendance à des pantalons le plus souvent amples et peu salissants qui peuvent supporter ses errances volontaires en quête de l'inspiration perdue. Elle porte toujours un médaillon autour du cou, souvenir de son passé et ses parents.

    Psychologie : Ambroisie est une rêveuse, élevée dans un monde féerique par des parents totalement à part. Elle a appris très tôt qu'il ne fallait jamais faire de mal à qui ou à quoi que ce soit, vivant ou pas. Elle adore écrire des histoires et des poèmes. Malheureusement, elle est incapable d'écrire quoi que ce soit depuis la tragique destruction de la propriété familiale. Elle s'est éteinte, sa créativité s'étant renfermée sur elle même. Malgré tout, elle garde toujours un calepin sur elle, juste au cas ou. Au niveau social, elle n'a pas réellement de difficultés à se lier avec les gens. Pourtant, le plus souvent , les gens se détournent d'elle à cause de cette nature froide qui l'habite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les personnages prédéfinis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Suggestion personnages prédéfinis
» Personnages Prédéfinis :
» Règles et Formulaire pour Personnages Prédéfinis
» Proposer des personnages prédéfinis...
» Valorisation des personnages prédéfinis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAINT-ANGE :: Paperasse Administrative :: La Fabrique-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com